Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 12:20

 

Dans le cadre des 11èmes RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES du CINEMA AFRICAIN dont le thème cette année est le Cinéma africain et la diversité culturelle CINEPHILES EN LIBOURNAIS présente

2 films passés au festival de Ouagadougou FESPACO

6€ la séance 

(1€ sera reversé à l’association
le Mouvement burkinabé des droits de l’Homme et des Peuples)

3€ pour les lycéens de Libourne

 

à 14 h

« FARO, REINE DES EAUX »

V.O.S.T. (2007)

film malien, canadien, burkinabé, allemand de Salif Traore

avec Sotigui Kouyate, Fili Traore, Michel Mpambara…

durée 1h 33min

Débat en présence de Thierno Ibrahima représentant des Rencontres Cinématographiques du Cinéma Africain

 

 

Zan, enfant adultérin, retourne dans son village, plusieurs années après en avoir été chassé, afin de découvrir qui est son père. Son arrivée coïncide avec les brusques mouvements de Faro, l'esprit du fleuve, manifestations interprétées comme un signe de colère liée à l'arrivée du bâtard.

 

 

Le film a remporté une Mention spéciale du Jury au Festival d'Angoulême.

Faro, la reine des eaux est le premier long-métrage du cinéaste malien Salif Traore. Le scénario a été rédigé par le réalisateur lui-même en collaboration avec le scénariste français Olivier Lorelle. Salif Traore a été tour à tour assistant, directeur de production et régisseur de Souleymane Cissé et de Abderrahmane Sissako.

 

 

à 19 h 30

Cinéphiles en Libournais est heureux de vous proposer un moment de convivialité avec un pot de l’amitié

 

à 20 h 30

«  LES SAIGNANTES »

 (2008)

Film camerounais, français de Jean Pierre Bekolo

avec Adèle Ado, Dorylia Calmel, Joséphine Ndagou…

durée 1 h 34 min.

Débat en présence  du réalisateur Jean Pierre Bekolo et de Thierno Ibrahima

 

C’est parce qu’elle brigue un marché public que Majolie couche avec le SGCC (Secrétaire Général du Cabinet Civil). Mais l’homme âgé meurt à la suite d’une partie de sexe acrobatique. Le plan de Majolie tombe à l’eau. Il y a un cadavre, il faut s’en débarrasser. Agir, c’est tout ce qui compte, peu importe si on n’est pas une professionnelle.
Pour Majolie et Chouchou, qui n’ont pour seules armes que leur corps et leur bouche, les improvisations sont porteuses d’un espoir…

 

Le  film a obtenu l’étalon d’argent au FESPACO 2007

 

 

Selon Olivier Rogez journaliste à RFI « ‘ Yaoundé 2025 ’. La ville est un point de départ, la date aussi. Elles offrent à Jean-Pierre Bekolo la possibilité de spéculer. ‘ Et si les choses tournaient comme ceci ? A l’écran, des inserts, nous rappellent que si tout est possible dans ce Yaoundé de 2025, rien ne l’est vraiment. Comment faire un film d’anticipation dans un pays qui n’a pas d’avenir ? Comment faire un film policier quand on ne peut pas enquêter ? Comment faire un film d’horreur dans un endroit où la mort est une fête ? Jean-Pierre Bekolo pose astucieusement des questions qui vont au-delà du message politique adressé à une Afrique qui craint ses miroirs. Il pose les questions que le cinéma africain n’arrive pas à trancher. Ce faisant, il interroge ses pairs sur leur propre définition du cinéma. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by cinenlib
commenter cet article

commentaires

Recherche

Catégories

Liens