Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 18:30
Bobine du  mardi 29 septembre, 20 h 15: Casa Grande

Casa Grande
2015 V.O.S.T.
Film brésilien de Fellipe Barbosa
Avec T.Cavalcan
ti, M.Novaes
Durée: 1 h 54 mn

Enfant de l'élite bourgeoise de Rio de Janeiro, Jean a 17 ans. Tandis que ses parents luttent pour cacher leur banqueroute, il prend peu à peu conscience des contradictions qui rongent sa ville et sa famille.
Barbosa, qui a lui-même grandi dans ces couches aisées de la société, s’est inspiré d’une faillite économique que son père avait également tenté de lui dissimuler, et tourne même dans sa propre maison de famille. A l’intérieur de la maison, cela devient du Feydeau, un va-et-vient de patrons et de serviteurs qui évoque parfois la farce. Et vers l’extérieur, cette cohabitation théâtrale des riches et des pauvres se poursuit. Fellipe Barbosa a reconnu avoir été particulièrement influencé par le travail du metteur en scène Alfonso Cuaron qui a parfaitement su aborder les grands problèmes sociaux de son pays dans son film très personnel Et... ta mère aussi !. Il a également mentionné des cinéastes français comme Maurice Pialat et François Truffaut. Alors que le cinéma brésilien a pour habitude de montrer la misère de son pays, ici, le metteur en scène nous présente un milieu riche, bourgeois et opulent dont il est, lui-même, originaire. Pour écrire son personnage principal, Fellipe Barbosa s'est beaucoup nourri de son expérience d'adolescent, notamment dans son rapport avec le personnel de maison employé par ses parents et grâce auquel il a pu découvrir une réalité sociale du Brésil qu'il était loin d'imaginer. Il explique : "Ses gens étaient mes confidents, et je me sentais libre de leur parler de choses que j’étais incapable d’aborder avec mes parents. Pourtant malgré cette intimité, j’ai réalisé qu’en fait je ne savais rien d’eux et de la façon dont ils vivaient… Jusqu’à ce que j’aille chez eux, dans les favelas. Ma propre ignorance est devenue une inspiration." Même s'il souhaitait raconter une histoire universelle à travers le récit d'un passage à l'âge adulte, Fellipe Barbosa tenait également à filmer la ville de son enfance : "Il y a un grand nombre d’éléments et caractéristiques spécifiques à Rio de Janeiro. Je crois que ce film n’aurait pu se passer ailleurs qu’à Rio, car c’est une ville très révélatrice des fractures sociales, où il y a une proximité unique entre les différentes classes, les différentes origines ethniques, qui entraîne une confusion que l’on ne peut voir qu’au Brésil."

Partager cet article

Repost 0
Published by cinenlib
commenter cet article

commentaires

Recherche

Catégories

Liens